deux huit photographie Stephane Denizot photographe

GUIDE RAPIDE DE LA GESTION DES COULEURS

L'espace couleur source

 diagramme de chromacitéSi vous travaillez à partir d'une image Jpeg provenant d'un appareil de prise de vue numérique, celle-ci comporte l'information de l'espace couleur enregistrée sous la forme de tag dans l’entête du fichier. Vous pouvez choisir entre l'espace sRVB (activé par défaut) ou l'AdobeRGB. Dans le cas de l'image RAW, l'espace couleur n'est défini qu'au moment de l'exportation avec des choix supplémentaires comme le ProPhotoRGB par exemple. Comme vous le constatez sur le diagramme de chromacité ci-contre l'espace sRVB est le plus petit que l'AdobeRGB et celui du ProPhotoRGB couvre un espace bien plus grand que les couleurs visibles par notre œil. Englober ce gamut  «démesuré» de couleurs - qu'aucun matériel n'est capable de restituer - a pour but de contenir les éventuelles couleurs d'une image RAW pour retarder l'apparition d'aplats de couleurs suite aux opérations de retouche comme l'augmentation de la saturation. L'espace Adobe RGB correspond mieux au rendu des couleurs d'une imprimante photo et l'espace sRVB est l'espace standard convenant à la plupart des matériels et des applications avec des couleurs moins saturées dans les tons verts et bleus. En pratique l'espace couleur sRVB conviendra au photographe qui ne souhaite adopter un système de gestion des couleurs ou qui doit travailler avec de multiples logiciels : visionneuse d'images, navigateurs web (1) ou encore avec un prestataire extérieur pour réaliser les tirages. Pour autant, travailler dans l'espace sRVB n'a rien de dramatique car toutes les images ne possèdent pas forcément de couleurs saturées.

1: Certains navigateurs ont évolué vers la prise en charge du profil colorimétrique, mais beaucoup d'images circulant sur le web sont dépourvues de profil couleur ou adoptent le profil sRVB par défaut.
2: Certains prestataires intègrent cependant la gestion des couleurs en proposant un profil adapté comme le service PhotoWeb par exemple.

On peut dégager trois principes:

  1. Travailler dans un espace couleur plus large permet de restituer des couleurs plus saturées dans les nuances vertes et bleues.
  2. Conserver l'image le plus longtemps possible dans un espace couleur d'origine ou un espace couleur à large gamut, permet de modifier plus fortement les couleurs, notamment en saturation, tout en retardant les risques d'aplats de couleurs (car il y a plus de dégradés).
  3. Chaque espace est susceptible de rendre les couleurs communes à l'identique et de modifier la saturation des autres.

Gardons à l'esprit que l'espace sRVB est un profil «passe-partout», que l'Adobe RGB traite mieux des couleurs saturées comme le vert ou le bleu (comme la photo de paysage ou de nature) et que le ProPhotoRGB (ou MelissaRGB) est l'espace couleur de prédilection pour traiter les images RAW.

Retenons que :

  • Le choix de l'espace couleur sRVB ou Adobe RVB dans le menu de l'appareil s'applique seulement aux images JPEG.
  • L'image RAW n'a pas d'espace couleur propre, celui-ci est attribué lors de l'exportation.
  • Choisir de travailler seulement en sRVB peut être satisfaisant dans la plupart des cas, surtout si on ne maîtrise pas la gestion des couleurs ou que l'on retouche peu ses photos.
  • Qu'il n'est pas utile de changer le profil couleur source d'une image et encore moins de le supprimer.

choix de l'espace couleur

Choix de l'espace couleur à l'exportation (Lightroom)

Gérer la couleurs

La gestion de la couleur passe par la caractéristion de l'écran (et c'est un minimum pour commencer la retouche des couleurs). Le profil sera utilisé pour afficher les couleurs avec les logiciels acceptant la gestion des couleurs. On peut signaler que l'espace de travail du logiciel est celui utilisé si l'image ne comporte aucune information de profil d'entrée. Les photographes avertis utilisent un écran à large gamut (99% AdobeRGB ou parfois plus), ils maîtrisent la retouche selon le style d'image souhaité. Mieux encore, l'utilisation d'un profil de sortie permettra de simuler le rendu selon la destination.

De l'espace source à l'espace cible

Lorsque l'image est finalisée, c'en est fini pour certaines couleurs. Les couleurs hors gamut ne peuvent être affichées ou imprimées, sans être ignorées elle seront généralement confondues dans une couleur au plus proche. Une mauvaise gestion des couleurs affecte le rendu de l'image comme la saturation. L'utilisation erronnée des règles de gestion des couleurs ou des profil ICC ne donne pas les résultats attendus tant du point de vue du softproofing qu'à l'impression. La double gestion des couleurs à l'impression peut également ne pas donner les résultats attendus.

Le profil ICC

Le profil ICC cartographie mathématiquement l'espace couleur d'un matériel pour «véhiculer» les couleurs entre la source et la cible sans modifier les couleur originales du fichier. Dans un système de gestion des couleur chaque matériel doit disposer de son profil. Il existe des profils génériques pour des papiers d'impression et des sondes de calibration (pour écrans ou papier) pour réaliser les mesures nécessaires à l'établissement du profil en question.

épreuvage écran

L'épreuvage écran avec Photoshop CS

Les modes relatif et perceptif

Le passage d'un espace couleur à un autre engendre des différences de rendu ou de perception de certaines couleurs. Les modes « perceptif » et « relatif » décident comment doivent être converties les couleurs hors gamut. Pendant longtemps le mode perceptif a été celui recommandé pour les photographies. Celui-ci a pour avantage de conserver les dégradés en dé-saturant l'image pour éviter les aplats de couleurs des couleurs hors gamut. Il a pour effet de décaler toutes les couleurs tout en conservant la relation visuelle entre les couleurs. En clair le mode perceptif n'a que faire de la justesse des couleurs mais il respecte la relation visuelle entre les couleurs. On lui oppose donc le second mode également adapté à la photo : le mode relatif. Ce mode privilégie le respect de la couleur et il adapte la couleur hors gamut à la couleur la plus proche de l'espace cible. On lui reprochera de créer des aplats dans les couleurs saturées. Le mode relatif est également le mode privilégié pour les images en noir et blanc. La saturation des couleur s'apprécie mieux sur papier brillant et il n'est pas facile de comparer ces deux modes car certaines images, notamment peu saturées, présenteront un même rendu dans les deux modes. Au final seul compte l'aspect visuel de l'image finale.

Définir les règles de gestion des couleurs

Pour prendre exemple sur un Photoshop CS, les règles de gestion des couleurs sont définies dans Edition / Couleurs... Cliquez sur plus d'options pour tout développer.

les règles de gestion des couleurs dans photoshop

Les règles de gestion des couleurs dans Photoshop CS.

1- Espaces de travail : Vous pouvez définir un espace de travail par défaut pour les images dépourvues de profil colorimétrique et sans gestion des couleurs - ce qui reste anecdotique si vous traitez vos propres fichiers issus de l'appareil photo. Je passe sur les réglages suivants.

2- C'est ici que vous allez définir la gestion des couleurs. En tout état de cause il vaut mieux ouvrir l'image selon son espace colorimétrique avec l'option «Conserver les profils incorporés» pour le RVB voire pour les «Niveaux de gris»

3- Les trois cases à cocher définissent le comportement de Photoshop : Lorsqu'il détecte un profil non concordant ou manquant. J'ai choisi de décocher le choix à l'ouverture pour ne pas avoir de message lorsque l'image s'ouvre dans un autre profil couleur que celui de l'espace de travail. Nous verrons cela plus bas. Le choix au collage concerne d'éventuels montages réalisés. Pour le profil manquant j'ai coché «Choix à l'ouverture» de manière à être informé de l'absence de profil.

4- Pour les options de conversions, il est recommandé de choisir le moteur Adobe (ACE) plus précis, la colorimétrie relative (indicative ici) avec la compensation du point noir et la simulation (images 8 bits/couche).

La gestion des couleurs en pratique

Je vais détailler les stratégies de la gestion des couleurs avec les 5 situations suivantes :

  1. L'image n'a pas de profil colorimétrique.
  2. L'image a un profil colorimétrique identique à celui de l'espace de couleurs.
  3. L'image a un profil colorimétrique différent de celui de l'espace de travail.
  4. L'image doit être travaillée selon un autre profil colorimétrique que celui d'origine.
  5. L'image doit être préparée avec une simulation pour l'impression.

non coconrdance des profil couleur

La conversion des profils non concordants dans Photoshop CS.

1- L'image n'a pas de profil colorimétrique.

Selon la règle définie plus haut la fenêtre des profils manquants s'ouvre vous invitant à attribuer un profil. Si vous ne savez pas quel profil attribuer choisissez « Ne pas modifier » (pas de gestion des couleurs). Il y a des chances que votre image soit assez vilaine. Choisissez Edition > Attribuer un profil avec la case aperçu cochée. Attribuer un profil. Si le profil est plus large que celui de la photo d'origine les couleurs apparaîtront plus saturées. Si le profil est plus petit que celui d'origine, l'image apparaîtra moins saturée. Ainsi le profil sRVB devrait convenir à une image récupérée sur le Web.

Sauf à avoir effacé par erreur le profil couleur d'une image, vous ne devriez pas vous servir beaucoup de cette option. Photoshop signale une image ouverte sans profil couleur avec son nom suivi du signe # : (RVB/8#).

2- L'image a un profil colorimétrique identique à celui de l'espace de couleurs de travail.

L'image est ouverte sans autre formalité, tout est correct.

3- L'image a un profil colorimétrique différent de celui de l'espace de travail.

Selon la règle choisie, l'image est ouverte avec ou sans message d'avertissement. J'ai choisi de décocher le choix à l'ouverture pour les profils non concordants, l'image sera donc ouverte dans son propre espace couleur. Tout est correct et une étoile prend place derrière le nom de l'image : (RVB/8*).

4- L'image doit être travaillée selon un autre profil colorimétrique que celui d'origine.

L'image doit être convertie vers un autre espace couleur mais il est utile de travailler sur une copie car la modification est définitive une fois le fichier enregistré avec des pertes de couleurs. Pratiquement il n'y a pas d'intérêt à convertir une image vers un espace plus large mais il peut être intéressant de convertir une image ProPhotoRGB ou Adobe RVB vers l'espace sRVB pour le web ou pour un travail auprès d'un prestataire externe ne gérant pas la couleur.

5- L'image doit être préparée avec une simulation de l'impression.

Si vous disposez du profil correspondant au papier et à votre imprimante, il est possible de peaufiner le rendu de l'image pour l'impression avec la simulation à l'écran (épreuvage ou soft proofing). Un logiciel comme Adobe Lightroom facilite grandement l'épreuvage écran avec la gestion de copies virtuelles. Au final, si vous devez transmettre le fichier à un tiers, il vous faudra enregistrer une copie de l'image et demander à votre prestataire de ne pas apporter d'amélioration automatique lors du traitement de l'image sous peine de perdre le bénéfice de ce travail préparatoire.

Le flux de travail RVB

Notez que tout a été établi dans le cadre d'un flux de travail RVB (y compris les profils ICC) et il est fort heureux de na pas à avoir à convertir l'image en CMJN. C'est l'imprimante qui se chargera elle même de réaliser ce travail à l'impression. D'autres procédés ne concernant pas directement le flux de travail RVB sont disponibles, c'est le cas de la commande «couleurs non imprimables» de Photoshop (initialement prédestinée aux conversions d'images en CMJN avant impression Offset ou avec RIP), nous avons vu comment la remplacer avantageusement par l'épreuvage écran dans notre cas.

Cet article n'a pas pour but être exhaustif mais il aura - je l'espère - jeté les bases de la gestion des couleurs pour vous aider à comprendre ses tenants et ses aboutissants.

 

photographie animalière et de nature macrophotographie et photographie de fleurs photo de paysage Gens portraits et people reportages et scènes de rue
photo de studio et objets urbain et patrimoine apprendre la photo contacter le photographe liens et partenaires

Stéphane DENIZOT photographe Tous droits réservés © 2.8 photographie / Stéphane DENIZOT 2.8 photo un site largement ouvert à la photographie