deux huit photographie Stephane Denizot photographe

APPRENDRE LA LUMIERE EN PHOTOGRAPHIE

La lumière est un phénomène électromagnétique ondulatoire qui se déplace selon une ligne droite. La longueur d'onde lumineuse se mesure en nanomètres. Toutes les ondes électromagnétiques ne sont pas perçues par notre œil ; ce sont, par exemple, les rayons X, la lumière ultraviolette et infrarouge. Le spectre visible par l'oeil humain est compris entre 390 Nm (violet) et 800 Nm (rouge), avec une sensibilité accrue dans la zone du jaune / vert.








Les caractéristiques de la lumière utiles pour la photographie :

La transmission : Les corps opaques réfléchissent une partie de la lumière reçu. Si le blanc renvoi toute la lumière, le noir absorbe tous les rayons lumineux. La lumière réfléchie donne la couleurs aux éléments photographiés. La lumière réfléchie est mesurée pour réaliser l'exposition TTL. Les corps semi-transparents réfléchissent une partie de la lumière et ils en absorbent une autre partie, en les déviant le cas échéant (diffraction, réfraction).

L'ntensité : C'est la puissance de l'éclairage. L'intensité de la lumière ambiante ou réfléchie a une incidence sur l'exposition. La lumière solaire voit sa puissance modulée par les saisons, l'heure de la journée ou les conditions météo. Avec un éclairage artificiel, la puissance diminue de moitié selon le carré de la distance. Ainsi un flash placé à 2 mètres éclaire deux fois plus que s'il est placé à 4 mètres.

Le flux : C'est la constance d'un éclairage. La lumière solaire est constante, celle d'un tube fluorescent scintille à 50 Hz et celle du flash peut être ultra rapide.

La température couleur (TC) : La composition de la lumière peut varier et la lumière blanche correspond au spectre observé avec le soleil de midi avec un ciel sans nuages. Le matin ou le soir, les rayonnements solaires sont filtrés par la couche atmosphérique qui retient les ondes bleues tandis que le jaune, l'orangé et le rouge parviennent jusqu'à nous. C'est la lumière chaude. L'éclairage artificiel ne reproduit que partiellement la lumière blanche. Les photographies obtenues avec des ampoules ou l'halogène comportent une forte dominante jaure/orangé et des tons verdâtres avec des tubes fluorescents. La température couleur est utilisée pour mesurer la qualité d'un éclairage. En photographie numérique, le réglage de la balance des blancs permet de corriger les dominantes colorées. La température couleur propose de mettre en relation la couleur d'un corps réfractaire à sa température de chauffe. L'échelle des degrés Kelvin qui est utilisée prend sa source à - 273 degrés Celsius. A basse température le corps réfractaire devient rouge puis sa couleur change au fur et à mesure que sa température augmente, passant par la jaune, le blanc et le bleu. Ainsi le bleu, une couleur froide, a une température couleur élevée. On trouve le point blanc à 5500 K. Notre appréciation "couleur froide" et "couleur chaude" fonctionne à l'inverse puisqu'une lumière froide posséde une TC élevée et qu'une lumière chaude correspond à une valeur TC basse.

temperature couleur

En pratique l'oeil s’accommode plus facilement d'une dominante chaude. Les couleurs froides nous paraissent parfois mystérieuses, ce sont les couleurs de l'ombre.

Le cas de la lumière ultraviolette et infrarouge : Ce sont deux types de lumière non visibles par notre œil. Dans le cas de l'ultraviolet on utilise la lumière noire disponible en ampoules (très fragiles) ou en tubes fluo à faible puissance et des peintures à pigments spéciaux. La lumière infrarouge est perçue par des films argentiques spéciaux et à travers des filtres IR très denses.

La lumière polarisée : La lumière vibrant sur un seul plan est dite polarisée. On trouve cette polarisation naturelle dans la bande bleu du ciel un jour de soleil ou dans les réflexions sur le métal, le verre ou l'eau. Avec le polariseur (ou filtre polarisant) il est possible d'agir sur cette lumière pour assombrir et saturer les couleurs ou pour diminuer les reflets.

Le photographe doit apprendre à gérer lé qualité de la lumière (flux, TC, intensité...) et son orientation qui créée les ombre, les volumes et la texture.

La source désigne l'origine de la lumière. En studio, il est conseillé d'utiliser des sources de TC identique et de modeler la lumière en définissant une source principale et un ou plusieurs éclairages secondaires, moins puissants. La lumière peut être ou dirigée (dure et concentrée) ou au contraire diffuse (large et douce)

La réflexion est naturellement obtenue avec des surfaces claires (reflets sur l'eau, sable clair, neige...) et sur les objets environnants. Il est possible de fabriquer des réflecteurs de différentes tailles pour la macro ou le portrait dans différents matériaux. Le réflecteur doré apporte une couleur chaude tandis que l'argenté durcit la lumière et le blanc atténue la réflexion.En extérieur la lumière se réfléchie naturellement sur les objets environnants.

La diffusion est naturellement obtenus à travers les nuages et tout matériau semi transparent. Pour ne pas modifier la température couleur de l'éclairage, le matériau utilisé doit être neutre. La diffusion modifie la trajectoire des rayons lumineux et elle atténue les ombres. Une diffusion large, type "boîte à lumière" procure une éclairage doux. Le diffuseur absorbe une partie des rayonnements lumineux et il diminue la puissance de l'éclairage.Les boîtes à lumière 50x50 cm sont utilisées pour les photo de portrait en studio.

Le flare est un reflet parasite sur la lentille frontale de l'objectif qui entraine une aberration et une baisse du contraste. Le flare peut être évité avec l'emploi du pare soleil ou d'un cache (carton noir) placé hors champ. En contre-jour, le flare est inévitable et il fait partie intégrante de l'image.

Utilisation et orientation de la lumière artificielle :
eclairage classique 45° de face L'éclairage orienté à 45° et au dessus du sujet nous paraît naturel. C'est souvent la position de l'éclairage principal, les autres sources ou les réflecteurs servent à atténuer les ombres.
deux sources d'éclairage Source principale et éclairage secondaire En multipliant les éclairages, le photographe multiplie les ombres projetées et celles propres au sujet. L'éclairage secondaire (ou auxilliaire) doit être moins puissant que le principal et il devra participer à éclaircir les ombres, à éclairer l'arrière-plan, à révéler, selon le cas, un aspect de l'objet (transparence, texture...).
eclairage plat Eclairage uniforme

tente diffusante pour photo La multiplication de sources d'éclairages de même puissance n'apporte aucune mise en valeur de l'objet et provoque une certaine confusion dans la perception du relief. L'utilisation d'une tente diffusante permet cependantr de photographier des objets sans aucune ombre.
éclairage par dessous Eclairage par dessous
ou contre-jour
L'éclairage par dessous nous paraît surnaturel. Il trouve souvent sa justification si la source de lumière est incluse dans le champ photographié (éclairage à la bougie par exemple). Le photographe pourra utiliser un fond translucide ou une plaque de verre pour réveler la transparence ou les contours de certains objets. On retrouve ce type d'éclairage en contre-jour avec la source de lumière placée derrière le sujet.
snoot photo Le snoot
et la lumière
dirigée
Il est parfois utile d'apporter un éclairage ponctuel sur une zone du sujet ou de l'arrière-plan. L'utilisation un cône (ou "Snoot") ou un coupe flux permettra de diriger la lumière (sur la chevelure d'un modèle par exemple) avec un clair obscur.
diffusion de la lumière La diffusion La diffusion permet d'adoucir agréablement les ombres. Le diffuseur est placé à distance devant la source. Un grande boîte à lumière permet de baigner le sujet dans une lumière douce. N'hésitez pas à approcher la source de lumière diffuse du sujet, ne serait-ce que pour rattraper la puissance perdue par de matériaux diffusant ou pour atténuer encore un peu plus les ombres.
la réflexion de la lumière La réflexion L'effet du réflecteur est imédiatement visible avec un éclairage continu. Placé à l'opposé de la cource il faudra l'orienter convenablement pour déboucher les ombres. Le réflecteur argenté (papier d'alu lisse ou froissé) donne un effet plus marqué que le blanc (plaque de polystyrène) et le doré (réflecteur portrait)  réchauffe les ombres. L'éclairage peut être également réfléchi sur une surface blanche existante : mur, plafond ou avec un dispositif placé sur le flash.

Eclairages spéciaux
éclairage studio ombre éclairage studio sur le fond L'apport de lumière sur le fond peut avoir plusieurs fonctions : soit atténuer une ombre portée soit redonner une luminosité ou une couleur sur le fond fond en créant un halo de lumière (en complément avec l'utilisation d'un snoot, d'un gobo ou  de coupes flux)
éclairage par l'arrière éclairage en irrisation studio L'apport de lumière par dérrière permet de voir la transparence des objets ou de créer une irrisation, sur la chevelure d'un modèle par exemple.
Filtrer la source Un filtre en feuille (gélatine...) sur la source permet de colorer la lumière ou de laisser passer un seul type de rayonnement (lumière polarisée...).

La photographie en studio utilisera les différentes dispositions d'éclairages et le photographe établira son plan d'éclairage en fonction du sujet et du décor. Pour vos projets regardez donc ici : http://www.lightingdiagrams.com/Creator (pour réaliser un plan d'éclairage studio en ligne, version pour photoshop également disponible) et http://www.zvork.fr/vls/?lang=fr (pour simuler le rendu de l'éclairage avec de nombreuses options et un effet bluffant).

La lumière naturelle

La lumière naturelle varie selon l'heure de la journée, la saison, les conditions atmosphériques, l'altitude ou la latitude. Sous l'eau les rayons lumineux de courte longueur d'onde sont absorbés ce qui donne une teinte bleutée à une profondeur moyenne.

L'orientation de la lumière naturelle :
lumière naturelle en photographie Matin ou
le soir
C'est la situation d'éclairage la plus commune et la plus classique. Le soleil est de ¾ face au sujet. Les volumes sont bien rendus et l'ombre est déformée par la perspective.
lumière naturelle avec ombre Au dessus
et de côté
Le soleil est de côté. Le volume est bien rendu mais les ombres un peu plus marquées. L'utilisation d'un réflecteur permet de déboucher les ombres.
lumière naturelle latérale et ombre De côté C'est la lumière rasante du soir, lorsque le soleil est très bas, les reliefs et la texture sont mis en évidence mais l'éclairage est "chaud".
lumière frontale dure Soleil dans le dos C'est une lumière dure sans compromis. L'ombre est projetée sur le fond, le sujet est plat et sans relief. L'ombre du photographe risque d'apparaître dans le champ photographié. L'éclairage est inutilisable en portrait.
lumière par dessus Au zénith L'éclairage du soleil à "midi" écrase le sujet et ne met aucun volume en valeur. Il creuse un portrait en plongeant les yeux dans l'ombre des orbites
lumière en contre-jour Contre-jour Le contre-jour révèle les contours ou la transparence mais il est difficile à maîtriser. On lui préfère généralement le semi contre-jour qui donne de bons résultats en photographie de flore ou d'insectes...


Modeler la lumière et gérer les contrastes

Bien souvent les contrastes de la scène photographiée dépassent ceux que le procédé photographique est capable d'enregistrer. Il reste important de bien exposer l'image en fonction des zones de hautes lumières ou d'ombre et parfois de choisir l'un ou l'autre. En numérique, l'image Raw permet d'améliorer considérablement la gestion de la balance des blancs et des hautes-lumières. Un mauvais éclairage le pourra rendre correctement les couleurs, les reliefs, les formes et les volumes. S'il existe quelques principes, il n'existe pas d'éclairage type pour un sujet donné. En photographie de paysage le photographe est contraint d'attendre la bonne lumière. Il peut tout au plus améliorer une scène en réalisant un fill-il au flash (dosage de l'éclair du flash en plein jour) sur un sujet proche. Le portraitiste utilsera les réflecteurs en extérieur et l'éclairage de studio exige une bonne maîtrise pour dompter la lumière.

La « conscience " de la lumière" est un des apprentissages premiers à acquérir pour réaliser de bonnes images photographiques.

 

photographie animalière et de nature macrophotographie et photographie de fleurs photo de paysage Gens portraits et people reportages et scènes de rue
photo de studio et objets urbain et patrimoine apprendre la photo contacter le photographe liens et partenaires

Stéphane DENIZOT photographe Tous droits réservés © 2.8 photographie / Stéphane DENIZOT 2.8 photo un site largement ouvert à la photographie