deux huit photographie Stephane Denizot photographe

Apprendre à photographier le nu ou le charme

Cet article est illustré et commenté par des photographes avec lesquels j'ai eu l'occasion d'échanger. C'est avec leur aimable autorisation que j'ai le plaisir de publier leurs réalisations.

Photo de femme nue par Daniel BertrandL'approche de la photographie de nu ou de charme peut-être culturelle ou psychologique. Dès l'invention de la photographie, le monde artistique a été choqué par son réalisme et sa relative simplicité. L'image photographique d'un nu devait d'abord satisfaire à plusieurs critères artistiques pour être "publiable" (rendue publique) et le courant pictorialiste s'efforçait de rapprocher l'image d'un nu photographique à celle d'un nu académique, posé avec des effets argentiques visant à se rapprocher de la peinture. Beaucoup de photographes ont suivi cette inspiration avec des effets de grain et de flous. Man RAY, Willy RONIS, Edouard BOUBAT ont été des photographes de nus occasionnels et intimistes. On trouvera par la suite des photographes aux styles affirmés comme Jean-Loup SIEFF ou Helmut NEWTON qui ont fait progresser la photographie de charme ou de nu vers un mode d'expression à part entière. La photographie numérique a marqué également un tournant en questionnant le spectateur sur la limite entre l'artistique, l'érotique et la pornographie. Pour la plupart des photographes, la réalisation d'une photo de nu est généralement associée à la représentation d'un corps féminin mais le nu masculin constitue également un excellent sujet de travail actuel. Si on évoque la psychologie de la photo de nu celle-ci nous renvoie à notre propre perception du sujet, avec nos souhaits et nos limites. La photographie de charme ou de nu reste un art difficile à maîtriser dans sa délicatesse, dans sa diversité et dans sa symbolique, sans doute encore plus que le portrait.

Daniel BERTRAND : « Ex photographe pro, mon retour à l'amateurisme m'a amené à (re)découvrir le charme simple, naturel et sans artifices de modèles féminins amateurs, décidant exceptionnellement de poser par envie, et donc avec tout ce mélange de pudeur, de motivation et d'inexpérience. Avec bien sûr la qualité si naturelle à tout âge d'une Femme : la beauté d'Eve ! » www.amour-tendresse.com

La première difficulté pour le photographe débutant est de trouver des modèles et d'expliquer ce qu'il souhaiterait faire. Un book avec des images d'exemple est souvent un bon outil pour échanger. Pour aborder la photo de nu il existe plusieurs solutions. Le stage photo permettra de se familiarisé avec le matériel de studio et à la direction d'un modèle. Faire appel à un modèle rémunéré (déclaré) et expérimenté permettra de réaliser un premier travail personnel mais la prudence s'impose dans ce type de démarche et il ne faut pas hésiter à discuter du projet. Trouver une personne de son entourage qui souhaite poser nu ou semi-vétu(e) demande également du tact. Toutes les solutions peuvent être envisagées mais il vous faudra sans doute plusieurs séances avant d'obtenir les résultats escomptés ou pour personnaliser votre travail.

Photo de nu par Frédéric Karikese La séance devra être préparée soigneusement tant du point de vue matériel que du point de vue de la mise en confiance du modèle.

Frédéric KARIKESE : « Je me souviens de ce film publicitaire, pour un parfum je crois, dans lequel une dune se transformait en paupière et des oyats en sourcil. Le rapport métaphorique entre la beauté d'un paysage et celle d'une femme s'y exprimait clairement, par la grâce d'un morphing.  J'adhère pleinement à ce rapport. Je n'ai jamais compris comment les femmes pouvaient vivre normalement, gainées dans une enveloppe d'une telle beauté. Il suffit de s'asseoir à la terrasse d'un café et d'observer, à la dérobée, le mouvement qu'elles font pour porter une tasse de thé à leurs lèvres et de le comparer ensuite au nôtre. Ou de les voir, fleurs mobiles, simplement déambuler en rue, leur corolle tournoyant autour d'elles. Comment ne pas comprendre, même si on le désapprouve, Don Juan, qui refusait un jardin ne comprenant qu'UNE fleur, entourée d'un désert. Les avez-vous vues s'asseoir, courir, manger, bailler ? . Avez-vous ensuite regardé faire des hommes, dans les mêmes circonstances ? Il n'y a pas photo. Ou plutôt si : il y a photo. Et je m'emploie à en faire quelques-unes. » www.karikese.com

D'un point de vue technique, la photographie de nu ne demande pas de moyens extraordinaires. On choisira l'objectif selon le rendu souhaité pour la perspective. En extérieur, trouver un endroit propice pour réaliser des photos n'est pas toujours facile mais le photographe dispose de la lumière naturelle mieux gérable que celle du studio. On pourra également profiter d'une grande fenêtre orientée au sud pour improviser un mini studio en intérieur.

Les objectifs 24x36 et leur principale utilisation
20 mm Pour allonger les corps et inclure le décor
50 mm De bonne luminosité pour les intérieurs, procure une perspective naturelle.
100 à 135 mm Nécessite un peu de recul et un espace suffisant, isole certaines parties du corps
200 mm En extérieur pour réaliser certaines photo "mode" avec un fond flou.

Le photographe débutant doit faire preuve d'une certaine assurance et il doit être soulagé des contraintes techniques pour se consacrer uniquement à la prise de vues en réglant les détails et guider le modèle. S'il connais son matériel, le photographe limite les pertes de temps dans le choix et dans l'utilisation des accessoires; il sait quand changer d'objectifs ou trouver l'éclairage. Si des photos doivent être réalisées en studion sur des fond différents comme un fond noir et un autre blanc, il sera utile de prévoir deux séances distinctes; cela reste un bon prétexte pour revoir les photos entre deux séances avec le modèle et de faire évoluer le travail entre deux prises de vues.

Photo de nu par Pascal Curtil La relation de confiance reste indispensable pour tisser des liens avec son modèle et obtenir sa coopération, surtout si les poses comportent des mises en scènes particulières. De ce point de vue il peut-être utile de préciser si la prise de vues fera l'objet d'une autorisation de publication et si oui sur quels supports, dans quelles conditions (recadrage par exemple...). Accordez un droit de regard au modèle sur les images réalisées. Pour ma part je préfère identifier les images que le modèle souhaite diffuser et sacrifier sans concession celles qui ne lui conviennent pas. N'oubliez pas que le fait de rémunérer un modèle ou de participer à un stage n'induit en rien un droit de diffusion. 

Pascal CURTIL : « Le nu est une des disciplines photographiques les plus difficile à traiter. En effet je pense qu'il faut se détacher complètement de tout sentiment affectif vis à vis du modèle pour réussir. C'est en général l'écueil le plus fréquent pour les débutants. On se concentre sur le modèle, en oubliant la lumière, le cadrage,...et on obtient pas de belles images. Il faut commencer par se concentrer sur la lumière, les courbes, le cadrage et le bien être du modèle. En effet, une relation ambigüe, un modèle stresse, une situation équivoque ne peuvent pas générer de belles images. Il faut être clair sur le but de la séance : montrez des croquis de ce que vous souhaitez obtenir, éventuellement d'autres images issues de séries similaires,... Une fois dépassés ces considérations, le nu, et le nu féminin en particulier, est une grande source de joie pour le photographe. Les possibilités sont infinies. » www.pascalcurtil.com

Photo de nu par Jacques LeinneProgressivement, votre apprentissage laissera la place à la créativité. Les conseils esthétiques pour la prise de vues sont ceux de la photographie de portrait avec l'importance de la position des mains, des articulations, les cadrages "entre deux articulations".

Photographier le nu c'est porter une attention particulière aux courbes et aux lignes qu'il faut apprendre à gérer en fonction de la lumière et du rendu souhaité. Dans un premier temps, privilégiez les poses simples et décontractées, avec la possibilité d'utiliser un voile ou un tissus pour l'aisance du modèle. Vous apprendrez à régler chaque petit détail comme les marques que peut laisser des sous- vêtements fraîchement portés, les démarcations d'un bronzage ou l'apparition de rougeurs ou de plis disgracieux que peuvent occasionner certaines poses. Si le modèle est en confiance, demandez-lui de venir habillé avec des vêtements amples qui ne laisseront pas de marques et proposez-lui de commencer par les photos de nu. Il sera toujours possible d'enfiler de la lingerie après les premières photos. Prévoyez un endroit où le modèle pourra se changer que vous soyez en intérieur ou en extérieur.

Jacques LEINNE : « Pour moi la photo de nu est l'exercice le plus difficile : rendre la beauté sans pour cela tomber dans le banal et la vulgarité. Il n'y a rien de plus beau que les courbes et les lignes d'un corps de femme, source de vie et de grâce. Le respect est ma priorité première, tous les thèmes doivent être abordés dans ce sens si l'on ne veut pas tomber dans le piège du voyeurisme obscène. » www.leinne-jacques.be/

Le décor devra être choisi avec soins et chaque photographe développe sa propre pédagogie pour guider le modèle. Un modèle professionnel saura trouver des poses (souvent standardisées) et un modèle débutant pourra avoir besoin de précieux conseils. Il arrive parfois que la relation établie avec son modèle permette d'évoluer librement autour d'une trame commune. Quoiqu'il en soit n'oubliez pas d'encourager votre modèle lorsqu'il est sur la bonne voie.

Nous avons déjà soulevé le problème de la lumière. La photographie numérique autorise une certaine liberté avec la lumière artificielle, pensez cependant à la chaleur que dégage certains éclairages comme l'halogène. La lumière peut être diffusée ou réfléchie. L'usage du réflecteur peut se faire en intérieur et en extérieur. Ce sera une surface blanche, argentée ou dorée pour réchauffer les ombres. Pour atténuer les ombres approchez le modèle de la source lumineuse (fenêtre ou flash) et utilisez des diffuseurs (rideaux blancs ou boîte à lumière).

Si vous prêtez une attention particulière à la lumière qui éclaire le modèle, n'oubliez pas celle qui peut éclairer l'arrière plan ou le fond du studio pour un effet de halo. En studio un fond d'environ 2 mètres de large est confortable. L'éclairage artificiel pourra être conditionné avec des caches, un gobo. Variez la puissance des éclairages placés généralement à 45 degrés de chaque côté du modèle. Placez votre sujet à au moins un mètre du fond pour gérer les ombres portées. A moins d'un effet spécial, évitez de mélanger deux éclairages aux températures couleur différentes. L'utilisation d'un studio avec des flashes pro demande un peu plus d'expérience.

Photo de nu par Fernand Domange Pour le maquillage tout sera une affaire d'habitude. Cela dépend en grande partie du style d'image et de l'éclairage. Un modèle expérimenté entretiendra son teint avec des séances d'UV ou un auto-bronzant appliqué régulièrement. Les petits défauts de la peau seront gommés par du fond de teint à la couleur adapté à la personne. La poudre matifiera toutes les zones de peau nue. Selon le type d'images, pensez à demander à votre modèle de forcer un peut le maquillage du visage (mascarat et rouge à lèvres...). Côté coiffure tout est à envisager.

Fernad DOMANGE : « Nous les photographes du monde entier nous avons aujourd'hui une fantastique chance grâce à un puissant médium ,j'ai nommé : Internet , de dévoiler la vision personnelle de notre monde intime dans le monde entier.  Quelque part nous participons à une mondialisation , celle d'une approche culturelle au niveau de la planète, qui celle-ci est porteuse d'une grande communion humaine qui nous rapproche enfin au lieu de nous déchirer. Rencontrons-nous , parlons-nous et comprenons-nous.  J'attends votre visite. et si vous voulez en savoir plus sur les autres facettes de mes "visions" faites donc une passage sur mon site web : www.fernanddomange.com

Photo de nu par Luc DoyellePour réussir vos images, vous devez partir d'une idée, d'un style ou créer l'ambiance. En partant de là le décor et la lumière s'imposera à vous. Il peut être utile de choisir des lieux simples et connus. Ne négligez pas la préparation et listez les accessoires utiles qui vous permettront de varier les prises de vues. Les nus les plus sobres se passeront de bijoux alors que les tenues semi-dévêtues pourront réclamer des accessoires plus luxueux ou excentriques. Voyez comment des vêtements de couleur, des lunettes, des bottes ou des talons aiguilles peuvent apporter un plus à votre travail. Chacun trouvera son style quitte à s'inspirer, dans un premier temps, d'un travail présenté sur le Web.

Les pistes d'inspiration sont nombreuses depuis les images « au saut du lit » en passant par la salle de bain et le nu intimiste. Vous pouvez encore imaginer le nu en action (marcher, courir, sauter, danser...).
Les photos printanières, dans les champs d'été ou au bord de l'eau avec les lumières douces apportera une touche de romantisme. A moins qu'il ne s'agisse d'une vieille grange, d'un atelier ou d'un éclairage avec des bougies...

Luc DOYELLE : « Après une dizaine d'années à pratiquer la photo en amateur, je suis passé de l'autre côté de la barrière. je réalise des books pour des comédiens, danseurs, et des particuliers en région parisienne, de temps en temps je fais des incursions dans la photo publicitaire ou la photo de sport. Je ne délaisse pas, bien au contraire, ma démarche à vocation artistique. Me spécialisant dans le travail en studio (sans négliger pour autant les prises de vues en extérieur), je cherche à capter les émotions dans la relation photographique avec le modèle, sans chercher à mettre en scène, je reste au contraire à l'affût de moments spontanés et vrais. » www.luc-doyelle.com

Photo de nu par Bernard RyckelynckLe nu peut être suggéré (abstrait) ou subjectif avec une mise en scène plus ou moins sophistiquée. L'eau, le lait, l'huile ou même la farine sont parfois utilisés dans un but précis. Les décors utilisés sont variés allant de la vieille usine désaffectée aux escaliers en bois.

Tous les styles se côtoient mêlant les différentes poses, l'ombre ou la lumière ou des accessoires pouvant cacher partiellement une nudité jugée trop vulgaire. Vous pourrez également explorer la piste du noir et blanc et vous initier à quelques retouches pour parfaire votre travail.

Hommage à Bernard Ryckelynck : La projection de diapositive sur le corps suivant Stephen SACK : Pour réaliser des images étonnantes avec des diapositives projetées sur un corps, il faut prendre quelques précautions. Le modèle doit être patient car il ne faut pas bouger. La faible lumière n'autorise que des poses de l'ordre du 1/15 au 1/8e de seconde; préférez une 400 ISO. On peut aussi jouer avec le flou avec des poses plus longues. Trépied et déclencheur (à défaut retardateur) sont indispensables.  Le projecteur constitue l'éclairage principal et le cadrage de l'image sur le corps reste délicat. Un angle de projection à 45°, par rapport à l'axe optique évite de projeter l'image sur le fond. L'ambiance est feutrée, sombre avec un fond noir de préférence. L'appareil numérique présente un net avantage en permettant de corriger de suite les réglages.  Il ne vous reste plus qu'à réaliser une série de diapositives (ou des négatifs) pour cet usage et, pourquoi pas, en surexposant quelques vues. www.ryckelynck.org

 

photographie animalière et de nature macrophotographie et photographie de fleurs photo de paysage Gens portraits et people reportages et scènes de rue
photo de studio et objets urbain et patrimoine apprendre la photo contacter le photographe liens et partenaires

Stéphane DENIZOT photographe Tous droits réservés © 2.8 photographie / Stéphane DENIZOT 2.8 photo un site largement ouvert à la photographie